Premier Conseil municipal : la solidarité est « un effet de manches » !

Lundi 25 mai 2020 avait lieu le premier conseil municipal découlant du résultat des précédentes élections. L’ordre du jour était l’élection du maire et de ses attributions, des adjoints et conseillers délégués, ainsi que les délégués aux services et commissions.

Résultat : Pierre Delouvrié maire ; Philippe Maurin 1° adjoint ; Nadine Ceotto 2° adjoint ; Armand Schiratti 3° adjoint ; Béatrice Betge-Brezetz 4° adjoint ; Fatima Houdaibi 1° conseiller municipal délégué (cmd) ; Eric Feletti 2° cmd ; Patrick Smith 3° cmd ; François Rigaud 4° cmd. (Vous retrouverez la liste complète sur le site de la mairie)

Vient la question de la rémunération des élus. Les indemnités sont proposées : 

1866 € brut /mois pour le maire,
635 € brut / mois pour le 1° adjoint,
462 € brut / mois pour les autres adjoints et le 1° cmd,
173 € brut / mois pour les autres cmd.

Face à la crise, aux problèmes rencontrés par nos concitoyens, nos artisans et commerçants, leurs pertes de revenus dues à la perte d’activité, je propose la création d’un fonds de solidarité municipal qui serait abondé au départ par tout ou partie des indemnités des élus.  Un geste d’importance puisqu’il concerne une enveloppe de près de 5000 € / mois. Pierre Delouvrié n’y est pas favorable arguant du fait que les élus font un « vrai travail » qu’il se doit de rémunérer (oui, sûrement, mais ceux qui ont perdu leur rémunération pendant la crise ne travaillaient sans doute pas…), Philippe Maurin complétant que les élus des communes qui ont pris cette décision font des « effets de manches » et que « la solidarité est aussi un acte individuel ». La solidarité publique ne passera donc pas par Saint Hilaire de Lusignan, les administrés apprécieront. Elle ne sera selon le maire qu’une proposition d’aide aux démarches administratives… N’attendez rien citoyens, la mairie ne vous donnera rien ! La mairie se conforte des aides de l’Etat et des 200 000 € versés sur un fonds par l’agglo (qui serviront sans doute essentiellement les commerçants d’Agen et de Boé).

Déjà en 2008, au début du premier mandat de Pierre Delouvrié, Marylène Huguet gérante de l’épicerie-tabac multi-service se plaignait, suite à un cambriolage et 6000 € de préjudices qui l’ont finalement contraint à fermer, que les « nouveaux élus de la commune [soient] passés devant chez elle sans être venus la voir ». L’histoire continue depuis 12 ans.

Concernant les masques distribués seulement aux plus de 70 ans seulement, l’explication tient au fait que c’est la limite d’âge (improvisée par le conseil) à partir de laquelle les personnes se déplacent moins (explication donnée par le maire) ! Pas de solidarité globale avec un problème sanitaire majeur.

Le Conseil est vite clôturé après la fin de l’ordre du jour. J’arrive quand même à poser quelques questions sur la période de transition de cette crise et les décisions de gestion qui ont été prises. Aux demandes de renseignements sur les conséquences pédagogiques de la crise dans notre école, le maire répond qu’il n’a pas compétence et renvoie à l’Inspection Académique pour avoir les informations! Comme si la mairie qui paye l’ensemble des infrastructures n’était pas en lien direct avec les enseignants et ne reçoit aucune information de leur part notamment les résultats de l’enquête portant sur l’accès internet à domicile pour l’enseignement à distance. Mais peut-être que Pierre Delouvrié ne se soucie pas de la réussite scolaire de nos enfants …

De la même façon et à ma demande d’explication, l’aide aux personnes âgées instaurée pendant la crise par la mairie n‘était destinée qu’aux personnes âgées seules et dont les enfants ne vivent pas sur la commune (Pierre Delouvrié). Ce qui n’a pas été la règle. Si des personnes âgées qui ont des enfants sur la commune n’ont pas été appelées, d’autres l’ont été, des personnes âgées seules ne l’ont été que la 6° semaine de confinement. Pas plus de détails sur la liste des personnes contactées. Certains électeurs vaudraient manifestement plus que d’autres !

La communication s’annonce difficile sur les actes décidés par la municipalité. Pas de questions ouvertes, pas de participation de l’opposition aux commissions, une fin de non recevoir ou des réponses expéditives à nombre de demandes d’explication, bref un bel exemple de démocratie.

Pour clore le débat, Pierre Delouvrié dit « la critique est aisée mais l’art est difficile » !

Je pense personnellement qu’il ne sert à rien de faire de beaux discours quand les actes ne suivent pas. Au vu des positions prises, aux citoyens d’en juger.

Gaëtan VASTESAEGER,

Votre conseiller municipal élu.

2 commentaires sur “Premier Conseil municipal : la solidarité est « un effet de manches » !”

  1. Merci, de nous informer enfin d u contenu du conseil municipal, et de la rémunération de nos elus. Courage……

  2. Merci Gaëtan pour ton implication, ta position ne doit pas être dès plus agréable pendant les conseils mais grâce à toi nous aurons accès enfin à l information qui manque tant dans notre commune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *